LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Message  MohamedVI le Ven 1 Aoû - 19:30

Combien sont-ils ces demoiselles et ces messieurs ayant dépassé la quarantaine en Algérie à avoir volontairement choisi de ne pas se marier sans la moindre contrainte sociale ou autre ? Il est très difficile de connaître leur nombre.Ils se disent heureux ainsi
InfoSoir : Ils et elles ont préféré rester célibataires, sans la moindre contrainte, croyez-vous qu’ils sont normaux dans tous les sens du mot ?
Lynda B. : Bien sûr, je vais vous étonner en vous disant qu’on rencontre souvent ce mode de vie chez les personnes qui ont un niveau d’instruction élevé (des universitaires, des médecins, des écrivains), des intellectuels d’une manière générale... Pour eux, c’est un choix qu’ils (elles) ont fait. Maintenant, pour les raisons et les motivations de ce choix, c’est une autre question.

Justement, pourquoi cette tendance dans une société marquée toujours par les traditions et où le mariage et la vie conjugale font partie d’une coutume ancestrale et donnent un statut social considérable à une personne mariée ?
Pour moi, le premier facteur socioculturel reste le facteur principal. Si on fait un sondage ou une enquête on constaterait que les personnes qui ont choisi le célibat sont issues majoritairement d’une classe largement aisée, c’est-à-dire qui ont une indépendance matérielle et financière suffisante (je parle surtout pour la femme).

Pour eux, l’idée de se marier pour subvenir à leurs besoins n’est pas du tout posée. Donc, il doit exister une autre motivation. Pour certains c’est souvent la recherche d’un(e) conjoint idéal(e). Une femme qui a un niveau d’instruction élevé cherche toujours un homme cadre, universitaire, intellectuel..., même constat pour l’homme. C’est un besoin psychologique pour eux. Ces personnes sont plutôt idéalistes. Car le partenaire qu’ils (elles) se sont fait (dans leur tête) n’existe pas en réalité. Nous n’avons qu’à lire les annonces dans les journaux pour voir les exigences des uns et des autres. Mais il existe aussi un autre type de célibataires (adultes), ceux ou celles qui ont reçu un choc émotionnel et psychologique (relation ratée), un père autoritaire et violent avec la mère, etc.

Ce choix est-il « assumé » par ces célibataires ? Autrement dit, sont-ils heureux de ce choix ?
Je ne suis pas bien placée pour répondre à cette question à la place des concernés. Mais en tant que sociologue, quel que soit le sexe, ils cherchent toujours à vivre une vie amoureuse ou du moins conjugale. Car cette tendance est instinctive chez l’être humain. La personne célibataire est aussi agacée par ses proches (parents) et son entourage. Surtout dans une société comme la nôtre, où la situation pour la femme est très difficile (soupçons, accusation de mœurs légères, provocation... ).

* Professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines de Bouzaréah.

Et les hommes ?

En Algérie, les hommes sont autant concernés par le célibat volontaire que les femmes. Même si les statistiques sont quasi absentes dans ce domaine, on pourrait facilement faire ce constat. En effet, qui parmi nous ne connaît pas un voisin, un ami, un oncle... qui a dépassé la quarantaine et qui a choisi de continuer à mener cette vie de célibataire ? Certes le chômage, l’exiguïté de la maison paternelle, l’indisponibilité de logement... accentuent ce phénomène, mais certains assument naturellement ce choix. Les causes avancées par eux ne sont pas tout à fait différentes de celles des femmes.

Cependant et lors de notre enquête, nous avons constaté que la grande majorité des hommes ayant la quarantaine et qui ont choisi de rester célibataires sont des intellectuels (universitaires) et pour beaucoup des francophones « qui ne prêtent pas beaucoup d’importance aux choses religieuses », autrement dit, ils sont des libertins... Certains ont vécu longtemps à l’étranger où ils ont été influencés par le mode de vie occidental « où les libertés individuelles et sexuelles sont plus assumées qu’ici » souligne un célibataire convaincu. Lui c’est Salim, un journaliste francophone dans un grand quotidien national. « Je préfère être seul, car avec le caractère que j’ai (trop libre), une relation sérieuse avec une femme ne marcherait jamais. Je sais très bien que je vais en souffrir et faire souffrir ma partenaire », explique-t-il en clarifiant ses propos : « Je suis plutôt un homme à femmes. J’aime les aventures sans lendemain. Je sais qu’avec une seule femme, je ne serais pas heureux... Alors vive la solitude. »
Avez-vous songé aux enfants, aux avantages d’une vie conjugale ? « Oui, bien sûr ! Mais mes vices ont été plus forts, je n’y peux rien. J’aime profiter de la vie. Et puis je pense qu’à mon âge, 52 ans, la famille et les enfants c’est trop tard pour moi ! »

Les idéalistes...

Certains (es) célibataires sont excessivement idéalistes. Ils et elles veulent un (une) partenaire beau (belle), riche, intellectuel (lle), doux (ce)... Un homme (ou une femme) idéale ou rien du tout.

Il suffit de lire les annonces dans les journaux (en Algérie, quelques journaux seulement publient les annonces matrimoniales) pour voir combien ces personnes sont exigeantes et « difficiles ». C’est le cas de Souad, 41 ans, avocate et demeurant à la Place du 1er-Mai à Alger. Elle est seule depuis longtemps. Durant son adolescence, elle cherchait l’homme parfait, ce qu’on peut appeler « un homme sur mesure ». Souad a continué de chercher. Même si son entourage (sa famille, ses amies...) a essayé de la raisonner, en lui expliquant que nul n’est parfait. « À chaque fois, je leur répondais : il doit exister quelque part un homme, affectueux, responsable, qui aimerait ses enfants, intellectuel, charmant, grand de taille...et aisé. » Tout cet idéalisme ne lui a servi à rien, elle qui a été élevée dans un milieu plutôt aisé, car elle est toujours célibataire.

Souad raconte qu’elle connaît beaucoup de femmes et d’hommes qui sont dans sa situation (célibataires par idéalisme). Selon le professeur Arab du département de sociologie de l’université de Bouzaréah, ce genre de personnes ne pourrait jamais vivre une vie de famille stable. « Même s’ils (elles) arrivent à rencontrer un conjoint qui réponde à certains de leurs critères, ils (elles) finiraient un jour par se lasser et chercher davantage de perfectionnisme.

C’est la raison pour laquelle, ils (elles) préfèrent ne pas tomber dans le piège et rester célibataires tout en se mariant avec leurs idées platoniciennes. Et dans une certaine mesure, ils (elles) sont heureux (ses). Car ils (elles) trouvent leur bonheur dans leurs rêves et l’espoir de rencontrer l’homme ou la femme de leurs rêves », explique t'il.

MohamedVI
HDT
HDT

Nombre de messages : 37
Age : 61
Localisation : setif
Date d'inscription : 01/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Message  setamir le Dim 3 Aoû - 1:17

LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE
MohamedVI a écrit:
...........
* Professeur de sociologie à la faculté des sciences humaines de Bouzaréah.
..........
Il s'appelle comment ce professeur??
avatar
setamir
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 29/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mohamed VI

Message  araucaria le Dim 3 Aoû - 15:07

Je viens de lire votre texte, et je constate que dans le domaine du célibat votre pays est juste un peu en retard par rapport à l'europe occidentale.
Les petites annonces, je les lis parfois. Et je suis surprise aussi, de deux manières :
- premièrement les gens qui recherchent un(e) compagnon(gne) sont tous beaux, intelligents, possédant toutes les qualités et vertus, et une situation enviable...Alors on se demande pourquoi ils n'ont jamais encore séduit quiconque.
- deuxièmement, ils sont à la recherche de la perle rare, et il me semble bien qu'à trop vouloir la perfection ils risquent de rester célibataires pendant de très longues années.

Enfin, si je puis me permettre une petite remarque. vous écrivez : "Cependant et lors de notre enquête, nous avons constaté que la grande majorité des hommes ayant la quarantaine et qui ont choisi de rester célibataires sont des intellectuels (universitaires) et pour beaucoup des francophones « qui ne prêtent pas beaucoup d’importance aux choses religieuses », autrement dit, ils sont des libertins...". Pourquoi associer l'absence de croyance ou de pratique religieuses au libertinage??? N'est-ce pas un raccourci un peu rapide? Je ne fréquente que très rarement les églises de mon pays, mais ne me sens pas pour autant libertine! Dans votre pays et votre religion, c'est certainement très différents, mais en ce qui concerne les catholiques beaucoup de messieurs plaident en disant que "péché de chair n'est pas péché!", et j'ai déjà remarqué à plusieurs reprises des gens très pratiquants qui se servaient de leurs visites dans les lieux de culte comme d'un alibi, et qui convoitaient sans beaucoup de complexe la femme de leur voisin!
avatar
araucaria
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 126
Age : 61
Localisation : bastia
Date d'inscription : 17/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Message  setamir le Dim 3 Aoû - 20:27

Je pense que dans ce domaine du "célibat" on ne peut pas dire qu'un pays est en retard ou pas par rapport à un autre. Un pays qui a trop de célibataires voire de divorcés, de veufs ou veuves est, à mon avis, un pays qui un problème d'ordre social. Ce phénomène social n'est pas un critère qui détermine le niveau de développement d'une société. On peut même affirmer que plus le phénomène est important, plus la société se fragilise.C'est même la crainte de beaucoup de pays qui voient leur population diminuer au point ou elles en "importent" (excusez du mot).Un pays qui ne reproduit pas sa population par la natalité sera contraint d'en accepter un apport extérieur au risque de disparaitre. Je ne pense pas que le célibat soit un choix "en notre âme et conscience". Il peut être un choix soit "forcé" soit "égoïste"
- "forcé" par le fait d'une incapacité matérielle, physique: manque de logement, chômage ce qui oblige à pousser l'âge du mariage ou carrément, par dépit, à opter pour le célibat. Ceci est particulièrement net en Algérie du fait d'un retard de développement après 132 ans de colonisation ( avec les conséquences connues), d'un taux d'accroissement des plus fort au monde au lendemain de l'indépendance (3,6 ou 3,2%). Pour beaucoup aussi,le célibat est la conséquence d'un choc, d'une frustration, ou de l'absence du conjoint 'idéal' ou de prétendant tout court.
- "égoïste" par le souci, pense t-on, de bien et de mieux vivre au lieu de s'encombrer d'une responsabilité familiale que l'on craint ne pouvoir assumer.
Dans les 02 cas , il s'agit de problèmes sociaux auxquels il faut des réponses et des solutions D'autant qu'il est particulièrement pénible pour les femmes dépendantes souvent non instruites.
Pour terminer, "Pourquoi associer l'absence de croyance ou de pratique religieuses au libertinage??" N'est-ce pas un raccourci un peu rapide? s'interroge Arau. C'est parce qu'on a toujours inculqué au gens "que la religion et sa pratique 'adouci' les mœurs" alors qu'elle peut être aussi très dangereuse si mal assumée, mal encadrée, mal orientée. La religion a toujours été le 'vecteur' et l'alibi le mieux indiqué pour faire passer n'importe quelles inepties Ce sont toujours les hypocrites qui en usent et abusent pour leurs intérêts. N'est-ce-pas Molière.
La religion peut être richesse ou misère selon l'usage qu'on en fait!
avatar
setamir
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 29/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Message  Charlestone le Dim 3 Aoû - 21:45

Le retard dont parle Arau, après avoir lu son intervention, est que les chiffres du célibat en Europe occidentale sont plus élevés que chez nous en Algérie. Ce qui est vrai en quelque sorte, eu égard aux traditions et des qu'en dira-t-on dans notre culture. Un Européen est beaucoup plus a l'aise (ou moins contraignant) d'être en situation de célibat qu'un Algérien (puisqu'on parle de L'Algérie).
Aujourd’hui, tout le monde réalise qu’il est tout à fait possible de mener une vie pleine de satisfaction en étant célibataire. Bon nombre de célibataires ont un travail, des revenus propres et un agenda social bien chargé. Et cela influence leur manière de rechercher un partenaire. De nos jours, et nous le constatons autour de nous, et en dehors des deux cas de figures cités par Sétamir (incapacité matériel ou égoïste), les célibataires recherchent un partenaire non seulement pour partager leur vie,
mais qui soit également quelqu’un qui leur convient et rend leur vie plus riche.

50% des célibataires (selon une enquête Onusienne) se disent donc contents de leur vie en solo. C'est les plus âgés (49%) qui sont plus heureux de leur situation que les jeunes (41%). Le célibat, n'est-il pas devenu un mode de vie pour beaucoup de personnes? A le croire en voyant les résultats de l'enquête.
avatar
Charlestone
Lieutnant
Lieutnant

Masculin
Nombre de messages : 415
Age : 62
Localisation : sétif
Date d'inscription : 06/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Message  araucaria le Dim 3 Aoû - 21:59

"Je pense que dans ce domaine du "célibat" on ne peut pas dire qu'un pays est en retard ou pas par rapport à un autre. Un pays qui a trop de célibataires voire de divorcés, de veufs ou veuves est, à mon avis, un pays qui un problème d'ordre social. Ce phénomène social n'est pas un critère qui détermine le niveau de développement d'une société. On peut même affirmer que plus le phénomène est important, plus la société se
fragilise."
Mais je suis bien de votre avis Sétamir. Je faisais un constat tout simplement. Vous vivez maintenant en Afrique du Nord ce que nous connaissons déjà depuis quelques années...et qui a du être importé plus ou moins des USA, pays sur lequel l'Europe est en retard de pas mal d'années aussi...Je vous précise que, dans mon esprit, retard n'est absolument pas synonyme de progrès. Quand je vois certains reportages sur les USA, j'espère que certains phénomènes de mode ne seront jamais importés chez nous!!!

Dans un ordre d'idée assez proche de celui du célibat, je vous rappelle que dans mon pays, les enfants restent maintenant jusqu'à un âge très avancé chez leurs parents. On ne peut même plus parler d'enfants, car ils quittent le nid bien souvent largement adultes. La raison de cela, une certaine immaturité sans doute, et beaucoup plus grave le chômage et le fait que nos jeunes ne peuvent pas s'assumer financièrement. Il y a eu un film a succès ces dernières années qui traitait du problème d'une façon assez humoristique : "Tanguy".
Par ailleurs, l'âge auquel la femme met au monde son premier enfant ne cesse de croître....Là-encore, la durée des études, et l'installation d'un toit y sont pour quelque chose. Et par choix ou non, il y a aussi de plus en plus de familles mono-parentales.
avatar
araucaria
Sergent
Sergent

Nombre de messages : 126
Age : 61
Localisation : bastia
Date d'inscription : 17/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES CELIBATAIRES ENDURCIS EN ALGERIE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum