Aïssa Hirèche: Quand on veut, Monsieur, on peut!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aïssa Hirèche: Quand on veut, Monsieur, on peut!

Message  setamir le Mar 12 Aoû - 0:31

Le Quotidien d'oran du lundi 11 aout 2008
par Aïssa Hirèche

Quand on veut, Monsieur, on peut!


Il n'est pas difficile pour un diplomate de rester dans la diplomatie et d'exprimer ses positions sans avoir à faire usage de vulgarités, d'impolitesse et, surtout, de manquements graves à la retenue des hommes. Et c'est tant mieux car, ces derniers temps, il nous a été donné de croire par quelques diplomates d'occasion que diplomatie rime avec injures et mépris, et que jouer aux intermédiaires pour la paix dans ce monde signifie d'abord prendre parti pour les uns contre les autres.

La brusque escalade des hostilités entre Russes et Géorgiens a été une occasion de jauger, grandeur nature, la tendance de ces soi-disant diplomates à se « laisser emporter » par leur colère et à voir ce que vaut réellement leur précipitation à jeter des condamnations fermes, voire des menaces, à l'encontre des plus faibles et des moins puissants.

Mais, contre toute attente, ces messieurs ont su hautement marquer la réserve imposée par les relations internationales. Ils ont su n'utiliser que les termes « qui ne fâchent pas » et puis, surtout, ils ont même eu le culot de corriger l'animateur télé qui voulait en tirer « une condamnation de la Russie ». Ces diplomates ont montré que, quand bien même ils n'étaient venus au métier que par la grâce de circonstances douteuses, ils sont capables de discerner le correct de ce qui ne l'est pas, de distinguer ce qui est faisable de ce qui ne l'est pas et, par voie de conséquence, de faire la différence entre ce qu'il leur appartient de dire et ce qu'ils n'ont même pas le droit de souffler, par respect pour leur propre personne d'abord, pour leur peuple et leur Etat ensuite.

Lors d'un entretien télévisé vendredi soir, un diplomate occidental a déployé tout un art pour éviter de fâcher Russes et Géorgiens. Il a fait tout ce qu'un homme sensé peut faire pour ménager aussi bien les uns que les autres et ne prendre de position avec personne. « Il ne nous appartient pas d'injurier qui que ce soit », a-t-il pris la peine de dire, comme pour faire comprendre à celui qui l'interviewait que la politesse est une exigence fondamentale de la diplomatie.

Pour quelqu'un qui a habitué le monde tant à des dérapages verbaux inexplicables qu'à des propos peu acceptables, il y a de quoi être étonné. Mais bref, la morale, c'est que lorsqu'on veut être correct, on peut ; lorsqu'on veut être respectueux des autres aussi on peut et, lorsqu'on veut prendre soin de rentrer dans la peau du diplomate, il n'y a presque rien d'aussi naturel, sauf si, de par nature même, on cultive d'autres comportements et d'autres manières de vivre en tant qu'êtres humains.

Entre les condamnations fermes et sans appel des pauvres Palestiniens aux droits les plus primaires piétinés, entre l'insulte non voilée d'Iraniens, d'Irakiens et même d'autres peuples qui ne demandent pourtant rien à personne, et entre ce que l'on a entendu vendredi soir..., il y a beaucoup de différences. Comme quoi, encore une fois, lorsqu'on veut, on peut !
avatar
setamir
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 29/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum