UN PREMIER HAMMAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

UN PREMIER HAMMAM

Message  Darybrumes le Dim 17 Aoû - 23:28

UN PREMIER HAMMAM A CASABLANCA

Cette histoire m'a été contée par la personne elle-même. Je lui laisse la parole :

Je devais avoir dans les 22 ans, j’avais découvert le Maroc après la dernière guerre mondiale,(trois ans auparavant, en 1947) et je nageais en pleine euphorie. J’avais près de moi une fatma (rien de péjoratif, c’était la personne qui faisait ce que vous n’aviez pas envie de faire, et c’est plus joli que « bonne »)

Elle s’appelait R’quia, devait mesurer 1 m 75 minimum, il lui manquait un œil. Vu le gabarit et le regard qu’elle pouvait jeter de "son œil unique"j’ai toujours supposé que c’était au cours d’une bataille (et pas de polochons) qu’elle l’avait perdu. Je partais avec elle pour me promener dans la médina, en toute sécurité –et d’ailleurs on ne risquait rien – mais personne n’aurait osé s’approcher de moi, de nous. Elle me montrait ce que ne voit pas le touriste. A l’époque il commençait à peine à montrer le bout de son nez.

C’est au cours d’une discussion que le « hammam » vint sur le tapis, si j’ose dire, parce qu’elle était assise dessus comme à son habitude. J’étais curieuse de voir et de savoir. Il y avait 3 sortes d’établissements, le commun pour les femmes de peu de moyens, le luxe pour celles qui en avaient de gros -où de très rares Européennes allaient parfois- et puis un intermédiaire. Comme elle n’aurait pas été acceptée dans le « luxe » et qu’elle ne pouvait m’emmener dans le « commun » elle choisit celui du milieu.

Vers 14 heures nous voilà parties. J’ai à peine remarqué son petit sourire quand elle me vit prendre un maillot de bain. De ruelle en ruelle, j’aurais été incapable de m’y retrouver, nous voici dans une impasse. Tout au fond, une porte basse arrondie, peinte en bleu vif ressortant sur le crépi blanc du mur.
Bien entendu elle se plia presque en deux pour entrer, me précédent. Nous entrons dans une petite pièce où il fallait payer son droit d’entrée. Je lui avais donné de l’argent pour qu’elle s’occupe de tout. Une seconde pièce servait de vestiaire. Sans commentaires, elle remit mon maillot dans le sac. Je mis mes mains... (où j'ai pu) et me cachais un peu derrière R'Quia pour entrer dans une grande salle, toute en pierre, au plafond bas, il y faisait une chaleur humide, une légère vapeur dans l’atmosphère, de l’eau chaude débordant d’un caniveau courait sur le sol.

Quand j’entrai, les bavardages s’interrompirent, j’étais la première européenne à venir dans ce lieu. R’Quia s’étant mise sur le côté, j’étais « la vénus sortant de l’onde » J’aurais voulu être comme ces déesses de l’Inde avec de multiples bras, mes 2 pauvres petites mains étant insuffisantes. Devant cette vingtaine de femmes nues, je devais être toute rouge (on était pudique à l’époque) à moins que ce soit la chaleur.

Alors là, devinez, je fus entourée et entraînée vers le centre de la pièce comme une victime allant au supplice. Après m’avoir embrassé les mains, coutume pas allégeance, je reçus un seau d’eau tiède en pleine face, puis un autre, des mains me passèrent un genre de savon sur le corps, du « rasoul » sur les cheveux (genre de terre qui rend la chevelure brillante… après avoir enlevé l'espèce de boue brune et épaisse).


Une grosse matrone est arrivée. La Mme Serfaty d’Elie Kakou, (si vous vous souvenez des sketchs de ce fantaisiste) mais sans vêtements (!) Imaginez ! Elle me souleva comme une plume et m’allongea sur un banc de pierre. Aidée de 3 autres femmes elle me passa une huile sur le corps. J’avais renoncé à me protéger avec mes mains, ça ne servait à rien ! Et puis, comme tout le monde était dans le plus simple appareil…

Massages doux mais énergiques, entre la caresse et l’anti cellulite. Vous pensez, pour une fois qu’elles en tenaient UNE (étrangère) elles ne laissaient pas passer l’occasion, elles se relayaient pour en profiter ! Toujours au moins 4. La Vénus et la pudeur en prenaient un coup. Rien pour se cacher et la traîtresse de R’Quia s’était barrée dans une autre pièce, me laissant entre les mains de ces femmes expertes.

La matrone au dessus de moi balançait ses gros seins tombants à quelques centimètres de mon visage. Je devais loucher, fermant les yeux pour ne pas rire. Je compris vite qu’en fermant les yeux je donnais l’impression de dormir et elle me retournait comme une crêpe. Tantôt sur le dos, tantôt sur le ventre, de temps en temps un seau d’eau… et ça repartait pour de nouveaux lavages, massages. Je ne cherchais plus à savoir ce qu’elle me mettait sur le corps
Quand je pus ouvrir la bouche, entre 2 seaux d'eau, je demandais R ‘Quia, il y avait plus d’une heure que nous étions là, ça suffisait… tant qu’il me restait un peu de peau !

Elle finit par arriver, pour elle c’était trop tôt, elle avait l’habitude de passer l’après midi à bavarder, se lavant entre elles. Elle accepta de partir avec regrets. Baraquée comme un homme, je remarquais qu’elle portait une large estafilade allant de l’épaule au sein -2 figues sèches entre nous- et que sa copine avait elle aussi un œil en moins et des cicatrices sur le corps. Elles me faisaient penser à d’anciennes combattantes qui se racontent de bonnes histoires de guerre. Toutes deux avaient des dents recouvertes d’or. Trésors de guerre ? Je n’ai jamais osé demander ce qui lui était arrivé.

Je déclinais toutes les invitations pour rester et continuer les ablutions. Je me trouvais suffisamment propre. J’avais les jambes qui flageolaient un peu, et je n’étais pas allée « dans la pièce chaude » comme R’Quia ! Je vis qu’elle distribuait discrètement de l’argent (le mien) à toutes celles qui s’étaient occupées ( !) de moi. (Le contraire aurait été plus juste) J’eus droit au baise main et sur la joue pour les plus audacieuses. Slama …
Mon garde du corps prit mon bras car elle voyait que je ne tenais pas bien l’équilibre, -au fond, ces Européennes sont des mauviettes, pas capables de tenir 3 ou 4 heures- Ne riez pas je voudrais vous y voir !
Elle me coucha comme un bébé, après m’avoir déshabillée. Au point où j’en étais ! Me porta un thé à la menthe et me souhaita un bon repos. Je dormais déjà.

Je revins plusieurs fois par la suite, toujours bien accueillie. Je suis arrivée à rester 2 h 30 dans l’étuve, j’ai moi-même lavé d’autres femmes, j’ai même fait une incursion dans la salle chaude, j’ai tenu 3 minutes. Mais mon 1er hammam est resté marqué dans ma mémoire.

La douche paraît bien fade après !
-------------------------------------------------------------------------------

Quelques remarques :

- Autrefois surtout, il paraît que les nouveaux nés souffraient des yeux –manque d’hygiène sans doute- et qu’il était fréquent qu’ils perdent un œil et parfois les deux-
Dans le bled surtout, les chutes, en sautant des rochers ou autres, provoquaient des blessures, mal soignées, mal guéries, cicatrices à vie.

-- D'accord, mais on peut préférer les " combattantes » Avouez que ça a plus d’allure !

Le nombre de femmes autour de la personne. : D’abord elle était la 1ère européenne -et probablement la seule- qu’elles voyaient dans ce hammam, perdu en pleine médina.
Ensuite, R’Quia a certainement monnayé « le lavage » avant, elles étaient donc empressées, chacune voulant avoir son écot …
Il fallait une jeune européenne, fraîchement débarquée pour accepter, aucune ancienne ne l’aurait fait.

Piégée ? Oui ! Ce fut quand même inoubliable, et notre jeune femme a bien ri … après.


Toute ressemblance, avec un personnage vivant serait fortuite.
avatar
Darybrumes
Aspirant
Aspirant

Féminin
Nombre de messages : 279
Age : 48
Localisation : Toulouse
Emploi/loisirs : Tout ce que je peux.
Humeur : Joyeuse. Humour au maximum
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN PREMIER HAMMAM

Message  setamir le Lun 18 Aoû - 0:41

La description du Hammam et du massage sont bien décrit. Ils existent encore à ce jour.
Les hammam sont réservés le matin et une partie de l'après-midi aux femmes.
Les masseurs sont appelés " kiyassa" et les masseuses "kiyassate"
Il est vrai qu'on en sort éreinté si l'on fait appelle à un kiyass pour les hommes ou à une kiyassa pour les femmes. affraid
avatar
setamir
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 29/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN PREMIER HAMMAM

Message  Darybrumes le Lun 18 Aoû - 0:49

C'était il y a très longtemps...

Aujourd'hui les touristes n'hésitent pas à aller dans les hammams, c'est quand même moins pittoresque !

Là il y avait un goût d'aventure et la personne qui parle avait à peine plus de 20 ans ! c'est de la préhistoire !!! ciel

Ce hammam était réservé uniquement aux femmes
avatar
Darybrumes
Aspirant
Aspirant

Féminin
Nombre de messages : 279
Age : 48
Localisation : Toulouse
Emploi/loisirs : Tout ce que je peux.
Humeur : Joyeuse. Humour au maximum
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN PREMIER HAMMAM

Message  Charlestone le Lun 18 Aoû - 0:56

Et, pour que tu le saches, le hammam reste un lieu de détente par excellence. En effet, certains amateurs de bains maures (hammam) y vont en groupe pour se libérer des tensions musculaires et des toxines....
Toute ressemblance, avec un personnage vivant serait fortuite.
Comme dirait Marie-jo : "mon oeil !"
avatar
Charlestone
Lieutnant
Lieutnant

Masculin
Nombre de messages : 415
Age : 62
Localisation : sétif
Date d'inscription : 06/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN PREMIER HAMMAM

Message  Darybrumes le Lun 18 Aoû - 8:09

Charlestone a écrit:
Toute ressemblance, avec un personnage vivant serait fortuite.
Comme dirait Marie-jo : "mon oeil !"

Mauvaise langue [i] Tu t'imagines de l'âge de la personne ? Comment veux-tu qu'elle soit encore sur un site !!!! Voyons Charly !!!!
avatar
Darybrumes
Aspirant
Aspirant

Féminin
Nombre de messages : 279
Age : 48
Localisation : Toulouse
Emploi/loisirs : Tout ce que je peux.
Humeur : Joyeuse. Humour au maximum
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: UN PREMIER HAMMAM

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum