Pierre Morville: Sarkozy pédale dans le vide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pierre Morville: Sarkozy pédale dans le vide

Message  setamir le Mar 3 Mar - 1:20

Le Quotidien d'Oran
du 2 mars 2009

par Pierre Morville

Sarkozy pédale dans le vide


Le président français a bien conscience que ses messages passent mal. Mais, comme dans les dessins animés, le personnage continue de courir avant de prendre conscience qu'il a quitté depuis quelques secondes, la réalité tangible de la falaise. Mais l'animal politique a d'insoupçonnés capacités de rebonds.

L'omniprésident agace. Cela se voit dans sa chute perpétuelle dans les sondages. En multipliant ses déclarations à la télévision, Nicolas Sarkozy parvient de moins en moins à convaincre et accroît mécaniquement le nombre des mécontents.
Après deux ans de pouvoir, toutes les qualités indubitables du Président français apparaissent comme autant de défauts à l'opinion publique.
Doué d'un talent certain pour la communication, son omniprésence médiatique excède jusque dans ses propres rangs. Sa capacité de travail hors du commun (trois sommets internationaux en une semaine !) apparait à beaucoup comme de l'agitation stérile. Sa capacité à décider de tout sur tout, le fait, en temps de crise, se réaliser comme le seul responsable de tous les dossiers qui clochent. Il a marginalisé son propre Premier ministre, sermonné voire humilié ses ministres (« tous, des nuls, tous, des incapables ! »), du coup, il se retrouve en 1ère ligne, sans fusibles. Yves Jego, le secrétaire d'État chargé des départements et territoires d'Outre-mer a totalement raté sa négociation sur la Guadeloupe ? Nul ne le nie. Lui-même a d'ailleurs présenté sa démission. Aurait-elle été acceptée, tout le monde s'en serait soucié comme d'une guigne. Car chacun sait que le pauvre Jego n'a fait qu'appliquer à la ligne, les consignes précises que lui a donné l'Élysée.

Tant de convictions, si diverses

Après avoir été l'apologue du libéralisme, Nicolas Sarkozy est devenu le chantre de l'État interventionniste et protecteur, maintenant le barde de la justice sociale. Nicolas est un homme de conviction, il l'est d'autant plus qu'il en change tous les jours.
Finalement, les Français ne gardent en mémoire que les mauvais travers du président : l'ami des patrons, fasciné par le bling-bling, le bonimenteur cynique, l'agité du bocal à l'ego surdimensionné.
Le portrait est-il injustement cruel ou surchargé ? A l'évidence, oui. Même si l'on ne partage pas en général ses choix, l'élu des Français a su faire preuve des talents d'un vrai homme d'État à la tête de la présidence de l'Union européenne, de la gestion de l'affaire géorgienne aux premières réponses à la crise.

Sur cette dernière, les maigres solutions du gouvernement sont aujourd'hui relayé par l'explication magique : « La récession nous est importé de l'étranger : la crise, c'est la faute aux Américains ! ». Foutaises ! La crise actuelle est celle de tout un système, hyperlibéralisé et globalisé. Les banquiers, plus que les prolétaires n'ont pas de patrie !
La soi-disante « justice sociale » dont se prévaut aujourd'hui le chef de l'État ne saurait occulter aux yeux des Français, la dure réalité quotidienne : les plus riches pleurnichent, les classes moyennes et populaires encaissent les coups et paieront l'addition. Les huit millions de Français qui vivent en-dessous du seuil officiel de « pauvreté » (88O euros par mois, seront demain plus nombreux et plus pauvres.

Quelques chiffres résument la situation : 25 milliards d'euros déjà versés aux banques avec plus de 350 milliards de garanties d'État sur les pertes à venir jusqu'à fin 2009, 16 milliards d'allégement des charges des entreprises avec la suppression de la taxe professionnelle, 14 milliards donnés annuellement aux ménages les plus riches, contre… 2,6 milliards ponctuellement et royalement accordés aux Français les plus démunis.
Ach ! La Krise, gross malheur !
La crise est devenue l'excuse la plus facile pour justifier toutes les incuries gouvernementales.

Prenons trois dossiers récents.

La recherche scientifique : le Président s'est mis l'ensemble du monde universitaire et scientifique à dos. Les professeurs de facs, y compris les facultés de Droit, temple du conservatisme bien-pensant entament leur 4ème semaine de grève. Les établissements fermés, sans mouvement étudiant ! Du jamais vu en France. Pourquoi ? L'omniprésident a trouvé astucieux de pondre « sa » réforme de l'université, supprimant au passage un millier d'emploi de chercheurs, espérant faire passer ses mesures en flattant le populo avec la vieille antienne « les chercheurs qui cherchent, on en trouve, les cherches qui trouvent, on en cherche ». Au résultat, l'opinion publique est restée indifférente à l'argument, plutôt respectueuse de la recherche française. Et les éminences du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) sont, prix Nobels français en 1ère ligne, littéralement fous de rage.

Guadeloupe : un mot arabe!

La Guadeloupe. Le sait-on assez ? Le mot Guadeloupe viendrait de l'arabe, wad al luben, qui dans la topographie du sud de l'Espagne désignerait selon les experts, soit la « rivière oubliée », soit la « rivière aux loups ». Dans les deux cas, le camarade Sarkozy aurait dû se méfier. Il ne l'a pas fait.
Il a tout d'abord splendidement ignoré ce conflit d'indigènes. Ses porte-paroles n'ont pas manqué de rappeler qu'une part notable du PIB local provenaient des transferts directs de l'État français. C'est évidemment oublier qu'une infime minorité des guadeloupéens, les Békés, captent à eux seuls l'essentiel des richesses et que la masse des Guadeloupéens survit difficilement. Bref ! C'était ajouter l'humiliation à l'injustice.
La crise durant, on a assisté à un vaste mouvement de rétropédalage du gouvernement métropolitain. Sans sortie claire à ce jour.
Au résultat, la Guadeloupe reste extrêmement meurtrie et totalement révoltée. La Martinique embraye. La Guyane s'interroge. La Réunion déteste rester en reste. Et la Nouvelle Calédonie grommelle alors que le grand référendum sur l'avenir de l'ile doit avoir lieu dans à peine plus de trois ans. Mais si l'on peut clairement parler de situation postcoloniale, aucun mouvement, sauf marginal, réclame aujourd'hui l'indépendance comme solution. Mais il faut à l'évidence que les demandes rencontrent un exécutif métropolitain conscient des enjeux.

Caisse d'Épargne - Banques populaires : Toujours extrêmement attentif à l'avenir des banques, le gouvernement français a apporté l'assistance nécessaire pour éviter la faillite de la Caisse d'Épargne et du groupe Banques populaires.

Ces deux entités, en pourparler de réunification depuis des mois, avaient imprudemment risqué l'épargne populaire dans des spéculations internationales aventureuses. Fait d'autant plus scandaleux que la « Caisse d'épargne » symbolisée depuis plusieurs générations par un petit écureuil qui cache ses noisettes avant l'hiver, est considéré par tous les Français comme le lieu de l'épargne sûre par excellence.

Bon ! L'état français file du pognon aux aventuriers pour éviter qu'il se trouve au Tribunal du Commerce pour banqueroute frauduleuse. Bon ! L'État français ne demande aucune contrepartie et ne procède (surtout pas !) à une nationalisation partielle ou totale des faillis.

Mais l'Élysée décide de nommer à la tête de ce qui devient le deuxième groupe groupe bancaire français, François Pérol. Qui est ce monsieur ? Le secrétaire général adjoint de la présidence et le technicien qui a jugulé la crise Caisse d'Épargne/ Banques populaires ! Au-delà d'une règle éthique qui fait que l'on ne nomme jamais un haut fonctionnaire dans l'entreprise privée à laquelle il a eu à faire, on a là un raccourci de la définition de l'État-providence à la Sarkozy : surtout pas de nationalisations, trop vulgaires, mais la nomination des copains chez les coquins.

Anecdote familiale

Mon anarchiste de fils pensait depuis octobre, que la soi-disant crise était un grand et pur effet de communication pour entourlouper le petit peuple, au bénéfice du Grand Capital. Toutefois, inquiet devant la multiplication des plans sociaux, il songeât à interroger son « réformiste » de géniteur.

- « Père (Eh ! Oui, il m'appelle Père, c'est tout ce que j'ai pu arracher de respect à l'anarchiste !) la crise est-elle vraiment si grave ? »
- « Non, mon fils, lui ai-je répondu, pour l'instant les choses se tiennent. Mais prépare-toi néanmoins à chasser en haillons, pieds nus dans la neige, des rats pour préparer le diner du Noel prochain ».

Le fils libertaire regarda longuement le père en se demandant si c'était « du lard ou du cochon », une bonne plaisanterie ou une vision prophétique, éventuellement loufoque. Je partageais également les mêmes interrogations.

Et la Palestine, dans tout ça ?

Comme il était hélas prévisible, Benyamin Netanyahou flanqué d'Avigdor Lieberman, va présider aux destinées d'Israël. L'alliance de la droite extrême avec l'extrême droite. Parallèlement, le haut État-major israélien a laissé « fuité » ses nouveaux plans d'interventions en Iran, en Syrie et au Liban. Ambiance.

Les espoirs de paix se réduisent comme neige au soleil.

Plus curieusement, on apprenait par le Canard Enchainé d'hier que l'attaque à la grenade d'un groupe de touristes au Caire (qui a fait une morte et 24 blessés) serait une représaille à la présence de la frégate « Germinal » de la marine française qui aurait participer, aux côtés de la flotte israélienne au blocus de Gaza.
On ne peut y croire. Le Quai d'Orsay va donc évidemment apporter tous les éclairages nécessaires à cette impensable coopération militaire franco-israélienne. Pour sûr !

Hürriyet - Milliyet

Le principal groupe de presse turc vient de se voir infliger une amende de 500 millions de dollars par le gouvernement Erdogan, parfois mieux inspiré. Motif officiel ? Fraude fiscale. Motif réel : la mise au pas du 1er groupe de presse turc, principal pilier de l'opposition laïque. Une sanction inique, injustifiable, immorale surtout quand on se réclame du « parti de la Vertu » (Refah).
avatar
setamir
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 29/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum