Les lycées d’excellence ou la fuite en avant (suite et fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les lycées d’excellence ou la fuite en avant (suite et fin)

Message  game_abderrahim le Mar 8 Juil - 23:18

Les lycées d’excellence ou la fuite en avant (suite et fin)



El Watan du 21mars 2005

Par Ahmed Tessa

Dérive sociale

Le ministre reconnaît qu’à l’exception de ces cinq établissements, tous les autres lycées d’Algérie - soit 99,99% - sont des endroits où les compétences de ces excellents élèves seront gaspillées. En clair, des lycées au rabais qui alimenteront - à coup sûr - les frustrations et les complexes d’infériorité des élèves et de leurs parents. Une ségrégation qui ne dit pas son nom. Elle ira nourrir les poches de violence dormantes. C’est ignorer l’attachement de l’Algérien aux idéaux de justice et d’équité que de lui imposer une idée porteuse de germes d’apartheid. Un aveu trop alarmiste pour ne pas le souligner. Allons-nous vers un enseignement secondaire à deux vitesses dont l’un (des dizaines de centaines de lycées) patinera au poids mort et l’autre (les fameux cinq) carburera au turbo ? Analysée à la lumière de la noble mission de l’école républicaine universelle, cette trouvaille algérienne se retrouve en porte-à-faux avec deux de ses principes-clés : l’égalité des chances et l’accès de tous les élèves à la réussite. A ce niveau du débat, il y a lieu de préciser la notion d’excellence. L’élève est excellent par rapport à quoi ? N’y a-t-il d’excellence que le succès aux études secondaires ? Ce serait dévaloriser davantage le secteur de la formation professionnelle au moment où des efforts sont déployés pour le relancer. Ces brillants jeunes cuisiniers ou pâtissiers qui ont fini par exercer le métier dont ils ont toujours rêvé n’ont-ils pas atteint l’excellence - la leur, en s’orientant à partir de leurs goûts et de leurs aspirations ? En Europe, des bacheliers qui refusent d’embrasser les études universitaires pour se consacrer à leur vocation première sont monnaie courante. L’école professionnelle la plus courue en France - et où l’attente pour s’inscrire au concours d’entrée peut vous mener jusqu’à un an - est celle de la ville de Paris. Elle forme les agents d’entretien - les éboueurs si vous voulez. Des ingénieurs, des techniciens, des commerciaux - tous diplômés d’université et déjà en activité - rêvent d’y travailler. Les motifs de leur choix sont imparables : l’excellence choisie pour eux par l’institution, voire leurs parents ne leur convenait pas. Ils veulent travailler au grand air, au contact des gens et sur des horaires souples qui leur donnent cette liberté de mouvement. C’est ainsi qu’ils conçoivent leur excellence. De celle qui forme des travailleurs épanouis et heureux, alors que leur boulot antérieur était synonyme de corvée. Le bonheur de l’individu n’est-il pas l’un des objectifs de l’école ?

Dérive pédagogique

L’excellence ne saurait se mesurer aux seules normes scolaires. Ces dernières matérialisées par les notes sont loin d’être objectives à 100%. Les spécialistes en docimologie ont dévoilé la face cachée de la note donnée par l’enseignant-correcteur.Toutes les études de docimologie (science qui s’occupe de l’objectivité de l’évaluation scolaire) ont clairement montré les divergences entre correcteurs d’une même copie. Des écarts qui vont jusqu’à 10 points et pas seulement dans les disciplines littéraires, même les mathématiques n’échappent à pas à cette entorse au critère de justesse. Le système d’évaluation adopté en Algérie basé sur la mesure des connaissances mémorisées et non pas forcément assimilées ne saurait être à l’abri de cet arbitraire. En parlant de compétences, le ministre se place en phase du discours pédagogique en vogue dans les pays avancés et qui peaufinent ce concept de compétence depuis plus de vingt ans. Un concept qui n’a pas encore pris racine chez nous, il faut du temps, beaucoup de temps. L’évaluation des compétences est totalement différente de celle des connaissances, or à ce jour, il n’existe pas - y compris dans les pays pionniers - de système d’évaluation des compétences bien formalisé. Le concours et l’étude du dossier pour les postulants à ces lycées d’excellence ne risquent-ils pas de reconduire les dérives pédagogiques relevées à juste titre par les docimologues ? N’est-ce pas ouvrir une brèche à la surenchère dans le système de notation et aux dossiers de complaisance ? Les élèves jugés excellents seront en réalité ceux qui ont satisfait aux exigences d’une « pédagogie de la salive » soubassement de l’enseignement magistral et des programmes encyclopédiques. De bons travailleurs qui ahanent non pour se faire plaisir mais pour satisfaire aux critères biaisés d’un système archaïque. Des élèves tôt jetés dans l’arène de l’école de la note, du classement et de la compétition. Pour eux, le bachotage - si ce n’est pas le copiage - constitue le seul moyen de mémoriser les longues et fastidieuses leçons à apprendre par cœur. C’est à ce prix qu’ils les restitueront fidèlement le jour de l’évaluation (devoirs, compositions, examens concours). Ils auront de la sorte mérité la médaille de l’excellence version système. C’est là la réalité du dispositif pédagogique en vigueur en Algérie. L’approche par les compétences et son pendant naturel, l’évaluation formative - approche séduisante - ne sont pas encore matérialisés, en Algérie par un dispositif opérationnel à même de rendre efficiente la pratique pédagogique de l’enseignant. Il n’y a de place que pour la mémorisation mécanique, or celle-ci ne développe pas de compétences. Dans une étude remarquable, la célèbre psychanalyste française Françoise Dolto très engagée dans la vie scolaire de son pays dénonçait les rythmes scolaires imposés aux enfants par des programmes lourds et système de notation incohérent. Elle écrivait au début des années 1970 : « ...Dans un tel système éducatif, il n’y a que les vrais inadaptés qui réussissent. Les enfants doués ne survivent pas longtemps à ce régime pédagogique. » Son cri d’alarme a été entendu et de sensibles correctifs ont été apportés depuis.

Démocratiser l’excellence

Dans le même entretien et en décalage avec l’idée développée dans sa première intervention, le ministre a donné la vraie définition de l’enseignement secondaire : « Les critères d’accès au lycée et le passage d’une année à l’autre sont très rigoureux. N’entrera au lycée que l’élève ayant des aptitudes pour suivre un enseignement secondaire de qualité. » En s’exprimant ainsi, il ne faisait pas allusion aux cinq fameux lycées mais à tous les lycées. En théorie, tout cycle d’enseignement représente l’excellence par rapport au cycle précédent. L’université est un cycle d’excellence par rapport au lycée et ce dernier l’est tout autant comparé au collège et ainsi de suite. Un collégien admis au lycée est en principe un bachelier potentiel. Il est censé appartenir aux meilleurs de sa tranche d’âge scolarisée. Alors pourquoi se contenter de cinq lycées d’excellence, alors que l’application des normes universelles de gestion pédagogique à partir du primaire suffit à injecter l’excellence dans tous les établissements scolaires ? Et les exemples à travers le monde nous le confirment avec force. Les contribuables algériens ont le droit d’exiger cette démocratisation de l’excellence. Elle constitue l’essentiel de la mission assignée aux gestionnaires du système éducatif. Vu sous cet angle, ce type de structure est donc destiné à capter, à la source, « l’excellence de cette excellence » - une minorité que la nature a créée - afin de ne pas la pénaliser par une pédagogie uniforme qui s’adresse à la moyenne des élèves. Et l’on débouche sur l’une des deux minorités que comporte toute tranche d’âge, celle des enfants précoces (ou surdoués). Cette catégorie d’enfants mérite un encadrement spécifique dans ces établissements d’élite (écoles, collèges et lycées). Ils existent dans plusieurs pays, y compris en Union soviétique du temps du communisme. Dans ce cas précis, seuls les enfants précoces pourront prétendre y accéder. Et ce ne sera que justice. Personne ne trouvera à y redire si cette catégorie d’enfants est prise en charge dans ces établissements d’élite. De tels établissements sont légitimés par une lecture intelligente du principe d’égalité des chances cher à l’école républicaine, celle du peuple. La partie est philosophiquement jouable - dirions-nous - mais la stratégie et les moyens qui vont avec ne sauraient se contenter d’une décision précipitée. Se posera alors la question du double dispositif de détection et de prise en charge. Un enfant précoce se détecte au début du primaire, voire à la maternelle ; au-delà il est formaté par le système et perd de son tonus : il n’existe plus (voir F. Dolto). Sans nous étaler sur ce sujet, une autre minorité d’élèves mérite d’être prise en considération : ceux qui traînent des handicaps. Là aussi, il y a lieu de mettre en place un double dispositif de dépistage et de prise en charge (encadrement formé en conséquence, structure d’accueil, régime pédagogique...), afin de leur permettre de suivre une scolarité normale et de ne pas gêner la progression des autres élèves. Les plus atteints seront orientés vers des écoles d’enseignement spécialisé qu’il faut prévoir. C’est au primaire que se construisent les bases de l’excellence scolaire. Ce cycle mérite un véritable plan Orsec pour l’amener à jouer son rôle de fusée porteuse des deux étages d’excellence que doivent être le collège et le lycée. Négligé, voire méprisé - politiquement il ne rapporte pas gros - ce cycle sensible nous le rend bien : toutes les réformes en aval ont échoué, y compris à l’université. Que peuvent valoir des études universitaires en l’absence d’une instruction de base de qualité ? Un diplôme frelaté délivré pour acheter la paix sociale dans le pays. Et à l’évidence, les réflexes ont la peau dure. Et l’échec, la vie longue.

La fuite en avant

On ne peut conclure sans aborder les deux expériences algériennes qui ont précédé ces cinq lycées d’excellence annoncés. La première a eu lieu à la rentrée scolaire 1992-93, elle a concerné trois lycées d’Algérie (Alger, Oran et Constantine). Les autorités de l’époque les avaient dénommées « classes de surdoués » (sic !). Les élèves séletionnés entraient en « 1re AS pour surdoués » à partir d’un concours en fin de 9e AF. Un feu de paille sans lendemain, pour la simple raison que ces élèves n’avaient rien de surdoué, si ce n’est qu’ils étaient parmi les meilleurs élèves de leur collège. De plus, ils étaient soumis au même régime pédagogique que leurs pairs des autres classes ; leur seul privilège étant de disposer des meilleurs enseignants du lycée. Piégés par l’illusion d’avoir des surdoués à la maison, les pauvres parents ont fini par se rendre compte de la supercherie mais en retard. La deuxième expérience est toute récente : septembre 2004. Des classes de terminale dites spéciales ou d’excellence - le concept étant imprécis, forcément que la dénomination s’en ressente - sont ouvertes dans les mêmes villes. Elles sont alimentées par des élèves de 2e AS en provenance d’autres lycées et admis sur concours. Aucune préparation n’a précédé cette expérience. Les enseignants n’ont été ni recyclés encore moins documentés ; ils ignoraient tout de l’existence de ce projet jusqu’à la distribution de leur emploi du temps en début d’année. Aucun changement dans les programmes et les méthodes : ces élèves suivent le même régime pédagogique que leurs camarades des autres classes dites normales.

Résultats des courses

Dans le lycée-pilote du Ruisseau, ces fameuses classes se sont vidées de leurs locataires avant la fin de ce deuxième trimestre, la classe philo à 100% et l’autre à environ 50%. Déçus par les conditions d’accueil ou incapables de suivre le programme de filières parmi les plus difficiles (technique, maths et philo) ? Nul ne sait. Quoique leurs enseignants ne les trouvent pas exceptionnels : leurs notes naviguent entre passable et assez bien. A-t-on tiré les enseignements de la première expérience avant de lancer celle de 2004 ? La réponse est toute trouvée : il y a lieu de les généraliser. Les cinq lycées d’excellence de septembre 2005 viendront capitaliser « le zéro pointé » de ces deux coups d’épée dans l’eau. Et vogue la galère de la réforme avec, à son bord, des galériens... Nos enfants.
avatar
game_abderrahim
Admin
Admin

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 27/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Lycées "d’excellence" ou 2 collèges?

Message  setamir le Mar 8 Juil - 23:38

Lycées "d’excellence" ou 2 collèges?

Le souci de nos politiques, à notre sens, n’a jamais été "l’excellence".A chaque échec on nous invente de nouvelles formules. Et nous re-voilà avec ces 05 lycées "d’excellence" pour le motif sournois : « On ne peut pas laisser les meilleurs élèves dans un endroit où leurs compétences seront gaspillées ».Il s’agit en fait d’instaurer une éducation à "02 collèges". Pour les fils de riches et des dirigeants qui n’auront aucun souci à s’y inscrire contrairement aux autres. Cela est connu ! Que ce soit dans les recrutements, les postes de responsabilité, et partout afin de reproduire les mêmes classes sociales que dirigeront leurs progénitures. Ceci est mesquin et franchement déloyal ! Même dans les systèmes démocratiques, expérimentés et de contrôle rigoureux, comme la France, cela a suscité débats inquiétudes et contestations tous en reconnaissant les dérives. Ici, avec un système basé sur la rente, l’incompétence et l’injustice il va se créer un « élitisme bourgeois prédateur » financé de surcroit par l’argent public qui ne manquera pas de nourrir les pires haines et de précipiter la rupture irréversible par la violence. L’incompétence génère les idées absurdes qui produisent les injustices qui engendrent les révoltes. Sommes-nous dans la logique d’un système en finition ?
avatar
setamir
Aspirant
Aspirant

Nombre de messages : 257
Date d'inscription : 29/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum